□ L'ambiance Megaten □

La franchise Megaten célèbre la fantasy urbaine moderne avec perfection, et son ambiance inédite dans le jeu vidéo mérite bien que je tresse un petit paragraphe.

Megaten, c'est l'antithèse de l'heroic et la high fantasy. Alors qu'a l'époque tous les rpgs se bornent a suivre le schéma classique de l'heroic fantasy instaurée par Tolkien, Megaten a offert l'alternative moderne et réaliste. C'est une évidence, les thèmes du roman Digital Devil Story étaient de belles sources pour révolutionner l'ambiance vidéoludique du RPG. Okada et son équipe ont eu l'audace de rendre un projet travaillé et ne cédant surement pas à la facilité. On trouve un peu de tous les genres dans Megaten, qui se mélangent pour former un style assez inédit : la fantasy urbaine moderne.

Le cyberpunk : On est le plus souvent dans un futur proche réel (on trouve en grand nombre des théories sur l'informatique et les technologies modernes) mais assez pessimiste, où de nombreux problèmes font surface ainsi qu'une inégalité certaine entre les hommes. Le monde est controllé par des multinationales et la hierarchie de l'état élitiste apporte des guerres civiles. Dans Shin Megami Tensei II, l'épisode certainement le plus cyberpunk de la saga, le héros est manipulé par les états et sert de Messie accessoire. On retrouve également divers thèmes modernes à souhait comme l'inceste ou le génocide, goullument décrit mais pas toujours décriés.
Dans Soul Hackers, l'ambiance cyberpunk est également élevé au rand d'art dans sa définition la plus stricte : les artistes (musiciens rocks et punks notamment) sont des libres penseurs presques omniscients et forment un mouvement souterrain de pirates informatiques.

La romance fantasy : On entreaperçoit quelques signes de la romance fantasy, notamment par une présence marquée et importante des femmes dans la saga. Non pas qu'il y ait des histoires d'amour tortueuse, non, l'importance des femmes est plus mystérieuse de part la réincarnation d'une déesse féminine dans l'héroine, qui servira de lien obligatoire a l'accomplissement de la quète du héros.

La dark fantasy :
Présente surtout dans le design des lieux et des personnages, elle ajoute des éléments fantasy à l'univers gothique de Megaten. On la remarque particulièrement pour le design de certains démons, comme les punkettes Pixies de SMTIII par exemple. On retrouve aussi beaucoup de correspondances occultes dans les divers jeux Megaten.

La fantasy urbaine : La magie et la technologie se cotoient dans Megaten, et des créatures féeriques et mythologiques vivent dans un centre urbain moderne. Surement le mouvement le plus présent dans Megaten, la fantasy urbaine est un genre littéraire assez récent régulièrement provoqué par certains romans de Neil Gaiman et les travaux de Lea Silhol. Dans Megaten, le héros se ballade dans les quartier urbains en compagnie de démons et autres créatures adaptés à ce contexte. De plus, la présence de magie et d'éléments du merveilleux dans une ambiance dark fantasy fait de Megaten une oeuvre résolument fantasy urbaine.

Le merveilleux : Souvent rencontrés dans les contes, le merveilleux dans Megaten est présent dans les nombreux éléments surnaturels et irréels du contexte. Il n'est pas surprenant de visiter des mondes parrallèles parceque le merveilleux est remarquablement ancré tout au long des scénarii.

Le roman noir : Parfois, comme dans la série Persona, on trouve des enquêtes et des ambiances typées polar. Persona 2 propose une histoire de meurtre et de découvertes policières, mais aussi un scénario remarquablement écrit et travaillé comme un roman, avec des phases de flash back et des personnages aux métiers tout a fait identifiables (Ulala est vendeuse, Maya est journaliste). Le contexte très réalisable de l'histoire permet de proposer une enquète logique et crédible.

La mythologie : Fortement présente dans tous les épisodes, la mythologie dans Megaten est certainement l'outil le plus utilisé par les développeurs. Tous les démons proviennent d'une mythologie spécifique (Buddhiste, Hinduiste, Grèque, etc...), l'utilisation est très variée et on trouve aussi bien des démons japonais ou asiatique que des créatures europpéennes. De plus, la plupart des lieux ont un nom et un lien avec des lieux mythiques ou mythologiques, ainsi que certains personnages. Digital Devil Saga est sans doute la série la plus concernée parceque le scénario lui même est basé sur les différentes prières Buddhistes et les théories Hinduistes, entre autres.

La religion : Tout aussi présente que la mythologie, la religion permet au jeu d'utiliser des thèmes et des personnages connus de tout le monde et de permettre au joueur de se faire sa propre vision des choses. Les thèmes comme l'Apocalypse ou la Réincarnation sont évidemment en surnombre, et les personnages comme Dieu, Lucifer, Satan et les Archanges font une apparission chaque fois remarquée. Megaten se démarque d'ailleurs assez des autres jeux qui se veulent antireligions parceque Megaten cite et ose mettre le vrai nom sur les choses. Mais comme le dénouement est laissé à la vision du monde par le joueur, le jeu peut tout autant devenir un hymne à la religion qu'un complot anti-maitres. Mais généralement, le fait que le héros de SMTIII soit un demi démon et qu'il cohabite avec les démons aura fait son petit effet. Dans if..., on explore même les péchers capitaux pour parvenir à ses fins.

L'histoire : Evidemment, les japonais ont souffert de la bombe qui a détruit l'île d'Hiroshima et de Nagasaki. De ce fait, on retrouve a chaque fois la destruction de Tôkyô qui a lieu dans les années 199X, et qui démontre s'il le fallait encore la peur japonaise du nucléaire. Autrement, la récente annonce du nouveau Devil Summoner: Kuzunoha Raidô ajoute un nouveau point dans cette relation avec l'histoire, car celui ci se déroule dans l'ère Taishou vers 1920, dans un contexte politique et policier intriguant.

Bref, Megaten s'influence de beaucoup de genre qu'il mélange avec brio, à tel point que rien ne parrait anachronique ou pas à sa place. Megaten c'est une ambiance toujours bien calibrée, cohérante, avec des personnages très souvent dérangés et des thèmes surprenant encore aujourd'hui.